Pour atteindre la voix de la sagesse, je dois te couper la tête !

58402604lotus-bleu-1-jpgComme j’avais déjà pu l’évoquer en décembre dernier, ma routine hebdomadaire pour cette nouvelle année se rythme entre les cours de yoga et les cours de méditation. Pas mal non ?

Pour celles et ceux qui me connaissent dans « la vraie vie » cela doit sembler assez cocasse parce que :

1. Je suis aussi souple qu’une poêle en fonte et 2. J’ai toujours 15023949 préoccupations dans la tête

Après tout, le Myanmar est le foyer de la méditation. En effet le Bouddhisme « Theravada », le plus ancien, est toujours largement pratiqué ici et fait parti de l’apprentissage de la vie. Ce qui attire pas mal de touristes aussi, il y a même des visas option méditation.

Après les cours de birmans, l’immersion culturelle se poursuit vers la sagesse. Bientôt je vais changer de prénom.

Les cours de méditation, animé par un Anglais à l’Institut Français (logique) ne sont pas directement sur le modèle « Vipassana » mais sont supposés s’adapter à la vie d’aujourd’hui…L’objectif est d’éveiller notre attention, notre conscience personnelle, d’accepter le changement ou l’inattendu… en gros d’être zen quoi…

Cela me rappelle un peu certains TDs de Psychologie cognitivo-comportementale. De grands mots comme « mindfullness » résonnent à plusieurs reprises durant les 2 heures. On alterne entre échanges sur nos ressentis internes et exercices de méditations, avec une voix douce et suave, à croire que l’on parle mieux de nos impressions avec la voix de la radio FIP…

Assis, on commence par se concentrer sur nos pieds (faut vraiment que je change ce vernis qui s’écaille) puis nos jambes (faut que je change aussi de rasoir)… pour finir sur notre « espace entre les sourcils » (ca doit être bizarre des lunettes pour les cyclopes.. ah mais c’est un monocle en fait !) et se concentrer sur notre respiration… (Je me demande ce que ca donnerait une personne avec le syndrome Gilles de la Tourette en séance de méditation…).tintin-la-voie-2

On poursuit la séance par un exercice de méditation en marchant. Là c’est vraiment catastrophique… Ca me rappelle ce passage dans la BD de Guy Delisle où il commence à décrire intérieurement le mouvement de ses pieds pour aboutir à l’achat de couches pour son p’tit…

Enfin on conclue par des exercices à réaliser chez soi.

Quelques jours après la dite séance, notre maître nous adresse un petit mail: « Take the opening of this message as a cue to take a mindfulness break – stop for 10 seconds, take in your surroundings, feel the ground underneath you, and follow three breaths.”

Et d’un coup j’ai repensé à ma réflexion sur le fait que l’expatriation est une forme de méditation : « il faut véritablement apprendre à s’écouter, à se fier à son instinct là où nos repères manquent, à dérouler le tapis rouge à l’introspection» (oui je m’auto-cite et c’est pompeux). La maitrise de soi est essentielle à l’autre bout du monde pour ne pas laisser les angoisses nous dévorer, surtout lorsqu’on est de nature aussi anxieuse comme je peux l’être, parfois…

Si on ajoute le fait qu’internet est capricieux ici, on réduit étonnamment le nombre de parasitages ou de réflexes futiles (comme celui de garder son téléphone sur la table pendant un repas, de lire ses mails juste avant de se coucher ou juste après s’être réveiller, voire même en plein milieu de la nuit) et on s’ouvre d’autant plus facilement au monde extérieur, à l’observation de la vie, à la contemplation telle qu’on la retrouve dans le theravada…

L’expatriation place le lien social au centre du bien-être, cette ouverture à la rencontre et cette volonté de partager poussent aussi à une forme de méditation naturelle dans laquelle apprendre à connaitre l’autre fait échos à nos valeurs, à notre propre parcours, nous amène à un retour sur soi.

Mais vu mon léger trouble d’hyperactivité (cérébrale) avec déficit attentionnel, effectivement, parfois je me demande si ça ne serait pas nécessaire de me couper la tête pour que je puisse trouver la voie de la sagesse… ou alors je me mets directement à l’opium !

Tentez donc aussi ces petits exercices… et dites m’en des nouvelles :

photo (2)

  1. Notice every time you feel stressed, rushed, bad-tempered, and try to see if everyday mindfulness (or lack of it) has played a part.
  2. Develop two helpful resolutions this week to create an atmosphere of mindfulness, e.g. clearing out clutter, tidy up mess, set up ‘shrine’ or beautiful space, exercise, walk in nature.
  3. Two ways to reduce input to help us become more concentrated and less divided in our thoughts and actions, e.g. one evening a week of silence, not to eat and watch TV at the same time, limit time spent on the internet.

 

Illustrations: Tintin et le lotus bleu
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s