Inle Lake – Sérénissime ?

Le lac Inlé se mérite. La patience est à l’épreuve durant le trajet, d’abord en voiture depuis l’aéroport (1 heure) puis en bateau à travers des voies fluviales avant d’attendre l’ouverture du lac (encore 1 heure).

Et là, le spectacle s’ouvre sous nos yeux.

Une étendue impassible d’eau cerclée par les collines de l’état Shan nous offre un panorama exceptionnel. La brume recouvre encore l’horizon lointain quand nous arrivons. Les pécheurs par ci par là battent l’eau pour rameuter les poissons dans leur filet. Nous avançons petit à petit comme pour apprivoiser la vue et trouver notre équilibre sur notre embarcation sommaire.

DSC06582 - Copie

Le paysage est à couper le souffle. Une vie s’est élaborée sur le lac. Maisons sur pilotis, jardins flottants, quartiers regroupant les artisans par activités (forgerons, tisserands de soie et de racines de lotus, bijoutiers, fabricants de cheroot…), marchés de fruits et légumes, de tissus, pagodes animées forment un ensemble unique dans son genre. Ça pétille, ça éclabousse, ca vrombit dans les méandres aquatiques.

Nous avons découvert un endroit merveilleux : Indein. 1054 anciens pagodons en ruine s’élèvent sur un terrain assez anarchique. Les arbres prennent vie de l’intérieur même de ces stupas pour les transformer en créatures de pierres et de nature. Surnommée « Dead Angkor wat » selon notre guide, il est vrai que l’endroit est surréaliste et absolument pittoresque. Un peu plus loin, la promenade nous amène à travers une forêt de bambou. Nous sommes bien petits face à cette nature verdoyante et vigoureuse.

DSC06562 - Copie

En soit, le charme du lac réside vraiment sur son paysage et sa vie d’Atlantide à l’air libre car il n’y a pas grand-chose à faire. C’est un lieu pour calmer l’esprit, le vider. Ma hutte de la nuit, au milieu du lac, a fait danser mes rêves au rythme des vaguelettes sur les pilotis. Coups de soleil sans coup d’amour, je panse ma peau en regardant le soleil se coucher derrière le relief paisible des collines, sans internet pour me ramener sur terre.

DSC06616 - Copie

Ma chaine associative m’a conduit à me remémorer mon séjour à Venise. Naviguer sur ces embarcations peu profondes change réellement le point de vue. Gondole, vaporetto ou radeau birman nous livrent en paysage en contre-plongée. Sérénissime ou sérénité ? A vous de me le dire.

Le lac Inlé donne à la Nature tous les droits et elle nous livre une symphonie sans fausse note en « d’eau » majeur.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s