Et sinon, concrêtement, ça se passe comment?

Depuis mon arrivée ici, j’ai parfois des emails de futurs expatriés débordant de questions « pratiques » ou « techniques » sur la vie à Yangon ou plus largement au Myanmar. Même si l’objectif de mon blog n’est pas d’être un guide sur l’expatriation, un article dédié pourrait peut être malgré tout renseigner un certain nombre de lecteurs de passage intéressés se projetant dans le quotidien Birman et non mes tergiversations de première mission.

???????????????????????????????

Est-ce qu’on s’ennuie ?

La vie en Birmanie pour les expatries est très agréable. Niveau culture il y a pas mal d’événements : expositions photos, soirées électroniques mensuelles à l’institut français, festivals cinématographiques (sur les films européens, films gays etc.) conférences etc. et cela se mêle au calendrier religieux qui possède lui même d’autres célébrations (water festival pour le nouvel an en Avril, fête des lumières pour l’une des pleines lunes en octobre etc.). Le brassage d’expatriés dynamise encore plus les sorties, par exemple je me suis retrouvée à fêter la fête nationale néozélandaise…

Lorsqu’on ne connait personne, est-ce facile de sympathiser avec des inconnus ?

Oui, à condition de sortir de chez soi, d’aller vers les gens, de se forcer un peu au début, et de ne pas tomber dans l’écueil du « je-fais-genre-je-suis-hyper-cool » pour réaliser après une soirée qu’en temps normal tu n’aurais pas du tout aimer trainer avec ces personnes.

Des activités sociales il y en a beaucoup : sport, cours de langues, cours de chants… et parmi les atouts de l’expatriation on retrouve le fait que les personnes sont plus ouvertes qu’elles ne le seraient chez elles. C’est un petit monde, on recroise toujours les mêmes personnes aux mêmes soirées et le lien se fait tout à fait naturellement selon les affinités de chacun.

Ca donne quoi la vie nocturne ?

Il y en a pour tous les goûts et toutes les envies. Pubs fréquentés par les expatriés, beer stations fréquentées par les locaux, karaoké un peu partout (plus ou moins lieu de “rencontres” aussi), quelques boites, ou des bars/boites. Pour moi, une soirée réussie est une soirée multiculturelle avec un brassage entre birmans et expatriés. Je n’aime pas les lieux avec uniquement des expatries, je ne m’y sens pas a l’aise. Et paradoxalement j’ai eu l’opportunité de sortir dans un autre lieu ou j’étais la seule expat et là aussi je n’étais pas à l’aise. Pour vous donner une idée, jetez un œil au site myanmore.com

Et faire du sport même par 40 degrés c’est possible ?

Il y a des groupes d’expatriés et birmans qui font du vélo le vendredi soir dans Yangon, un autre « the hash » qui joggent le samedi aprèm sur 10 kilomètres (et ca se finit en apéro). Tennis, badminton, piscine, foot, golf… yoga, boxe, capoeira, danse de salon… il y en a pour tous les goûts ! Méditation aussi bien entendu (on peut dire que c’est une forme d’activité sportive non ?).

Est-ce que les gens restent plusieurs mois voire plusieurs années ?

Mon contrat est de 9 mois mais la plupart des personnes que j’ai rencontrées ont des contrats de 1,5 à 2 ans et je connais quelques personnes qui sont installées ici depuis 5 ans. Certains sont ici en famille, d’autres fondent une famille ici… Autrement dit il est possible de s’y projeter.

IMG_5924

Les Birmans face aux expatriés ça donne quoi ?

Les Birmans, et je l’ai déjà mentionné, sont d’une bonté étonnante et ne nous voient pas avec des $$$ flottant sur la tête comme c’est le cas dans d’autres pays. Ils saluent les expatriés et sont toujours disponibles pour nous aider si nécessaire. Au départ j’étais moi-même méfiante mais maintenant je réalise qu’ils sont en fait humainement exceptionnels. J’ai plusieurs fois entendu l’exemple de l’expat qui oublie son portable ou son portefeuille dans un taxi et le chauffeur qui une fois qu’il réalise l’oubli le rapporte là où il y a déposé la personne…

Bon bien entendu il y a aussi des exceptions…

Ça craint ?

Niveau sécurité : aucun souci à Yangon!!! Petite nénette blondinette, je suis plusieurs fois rentrée à pied, un peu titubante, au milieu de la nuit et je n’ai jamais eu aucun souci. Je me sens totalement en sécurité. Il y a des cas de cambriolages parfois mais je dirai qu’en faisant « normalement » attention, il n’y a pas d’inquiétudes à avoir.

Après c’est plutôt niveau piéton que les risques sont les plus grands car ils conduisent vraiment n’importe comment.

Cependant, c’est une période intéressante pour le Myanmar, les tensions montent malgré tout avec l’approche des élections de Novembre. Et il y a eu des incidents avec les manifestations étudiantes mais cela reste très localisé.

Et si y’en ai marre de Rangoon?

Au début il y a de quoi faire en Birmanie les weekends même si ca prend du temps de se déplacer ici. Mais en cas de ras-le-bol Bangkok est à 1h00 de vol, Chang Mai à côté, Hanoi ou Singapore à 2h30 je crois…

Comment se loger ?

Les loyers sont chers ! Et généralement il faut payer une année de loyer + commission à l’avance. J’ai de la chance car je suis logée dans la guest-house de l’ONG mais mes amis sont soit en colloc soit on trouve des bon plans à prix raisonnable (donc c’est possible). Il y a aussi des groupes sur les réseaux sociaux avec de nombreuses annonces…

On se déplace comment ?

Ah oui les transports… A Yangon les scooters ne sont pas autorisés et les vélos sont illégaux sur certains axes. On se déplace essentiellement en taxi (tu négocies ta course avant, en moyenne 2$) il y a des bus mais je n’ai jamais tenté l’expérience encore !

???????????????????????????????

Mes plaisirs ?

Acheter du tissus, me faire faire des longyi sur mesure, me promener dans ces magasins qui vendent tout et n’importe quoi (le plastique c’est fantastique), re-imaginer ma décoration en trainant au Bogyoke Market ou chez Pomelo, aller engloutir des Shan Noodles ou bien, lorsque j’ai le mal du pays, dévorer une pizza chez Sharkys, acheter encore un tissus… et finir à la piscine.

 

Pour conclure ?

Yangon peut être très déstabilisante au début, c’est une ville bordélique et puis on y trouve du charme au final et on s’attache et on finit même par oublier comment se présente une ville « logiquement » construite… Yangon change de jour en jour, se modernise, poursuit sa propre mue. Difficile d’imaginer vers quoi elle tend mais c’est une chance inouïe d’être témoin de cette ouverture et de ce développement.

Advertisements

2 thoughts on “Et sinon, concrêtement, ça se passe comment?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s