Et les grenouilles?

Il est à peu près 17h30, la lumière dans le bureau me semble plus sombre que d’habitude. Je regarde la date, 23 avril, les jours ne sont pas sensés raccourcir… je poursuis mon activité avant de rentrer chez moi. Sur les quelques mètres qui séparent le bureau de la guest-house, le vent s’invite dans mes cheveux. Malgré les signes d’un orage, je décide de rester dehors.

Le vent est encore plus soutenu et brasse la poussière des toits et du sol en créant de petits tourbillons de saletés. Les arbres libèrent les feuilles asséchées de leurs branches, quelques pétales volent dans le ciel. La nature fait son ménage de printemps.

plui 1

Je suis Gémeaux. Mon élément est l’air et les sylphides n’ont de cesse de me murmurer mille et un secrets a l’oreille. J’aime cette agitation, j’aime regarder le vent se moquer de nos coquetteries. Il nous décoiffe, nous aveugle, soulève nos longyi. Il joue avec notre pudeur, nous rend sots et maladroits. Nous, humains, sommes sur un pied d’égalité face à lui. Et lui, pourtant, sait qu’il gagnera toujours. Alors il nous taquine.

Les restaurateurs de rue se dépêchent de ranger leur étale et de mettre à l’abri les poules et coqs qui se promènent naïvement, les épiciers de bâcher leur produits. Les tuktuk s’empressent d’amener leur client à destination. La foule marche plus rapidement qu’à son habitude. Les mères s’impatientent devant l’école de leur enfant. Les chiens errants ne savent plus trop où aller. D’une minute à l’autre, le temps peut basculer.

Je croise une collègue Birmane qui m’invite à rester chez moi, je lui dis que j’ai une course à faire. Elle s’assure alors que je possède bien un parapluie avant de filer elle-même dans ses pénates. Le ciel est devenu encore plus sombre, menaçant, en moins de dix minutes. L’obscurité nocturne est bien en avance aujourd’hui. Les nuages gris sont si bas qu’on penserait pouvoir les toucher depuis le toit d’un immeuble. On sait tous ce qui nous attend même si durant des mois, notre ciel n’a été que bleu azur. Pas de décompte officiel, juste une intuition.

///

Au moment où je place une bouteille de Badoit dans mon panier, la taule du magasin se met à vibrer et à nous livrer une mélodie mécanique en staccato. Est-ce du Bartók ? Les vendeuses se rassemblent devant la baie vitrée. Le courant saute. Le quartier est dans l’obscurité la plus totale. Des veilleuses éclairent sommairement les allées du magasin avant que le générateur ne vrombisse pour nous rapporter l’électricité suffisante pour terminer nos courses.

Ceci n’est pas une averse. Inutile d’attendre que ça passe. Les dieux se réservent la fin du water festival pour nous tomber sur la tête et nous livrer leur version de ce festival. Une version diluvienne et nocturne.

Je me glisse sous mon parapluie et entame le chemin retour. Sur le bord intérieur des semblants de trottoirs pour ne pas être arrosée par les voitures ou les bus, mon sac de courses à l’épaule, mon sac à main serré contre moi. Et j’avance. « Sur les distance courte il vaut mieux marcher que courir sous la pluie» mais qu’est-ce qu’une distance courte ?

Mon pantalon s’imprègne d’eau depuis l’ourlet pour remonter rapidement jusqu’à mes genoux. Mes cuisses ne sont pas protégées par l’abri qu’offre mon parapluie et ne seront pas épargnées non plus du même sort que le reste de mes jambes.

Marcher reste plus prudent.

plui 3

Le courant n’est pas rétabli et ce sont les phares de voitures qui me guident vers mon port d’attache, éclairant nids de poule ou se reflétant dans les flaques d’eau. Ou bien l’habitude de ce chemin pousse mon centre exécutif cérébral à me raccompagner chez moi lorsque aucune lumière n’est présente.

Le décor est apocalyptique et absolument inédit. Les éclairs transforment le spectacle en y apportant une sensitivité supplémentaire.

Une tempête soutenue qui dure presque trois heures.

 

Et pourtant, c’est juste la première pluie de la saison.

Advertisements

One thought on “Et les grenouilles?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s