Ummqais & Ajlun – 1/2

Mon école d’arabe organise de temps à autre des excursions pour les étudiants de passage. Excellente manière de découvrir le pays mais aussi d’étendre son cercle de connaissance. L’appel de la campagne se faisant ressentir, j’ai saisi l’occasion d’une escapade pour profiter de l’éphémère printemps jordanien. Direction le nord du pays et ses orchidées noires.

De bon matin, nous voilà en route vers Ummqais. Ne dites à personne du siège que je suis allée dans ce coin. Effectivement, il est formellement décommandé d’aller si proche de la frontière Syrienne, que ce soit note dans les guides touristiques ou présenté lors des briefings pré départ en mission. Chut.

Et pourtant… Ummqais est un endroit magnifique. Selon la période de l’histoire, son nom change : Gadara, Antioche Sémiramis… Tout le monde y est passé : Macédoniens (qui ont fonde la ville au 4eme siècle avant JC), les Séleucides, les Nabatéens (les même qui gravaient les roches du Wadi Rum), et les Romains qui ont fait de cette ville, une des cités de la Décapole (tout comme Amman… enfin Philadelphie). Puis ce sont les Ottomans qui y installèrent leurs pénates avant de laisser la ville tomber en désuétude, abimée par différents tremblements de terre. Ce n’est qu’en 1980 que des fonds ont été débloqués afin de restaurer ces vestiges romains. Autrement dit, hier, le travail étant toujours en cours.

Le site est beau. Le décor idyllique. Ses vestiges Ottomans en basalte noir lui confèrent une certaine originalité parmi les ruines que j’ai vues jusqu’à présent (mon père me corrigera si je me trompe). L’amphithéâtre nous permet de profiter d’une vue dégagée sur un paysage bucolique. Les pierres sont chaudes grâce au soleil du petit matin. Une large section de l’axe principal (ou decumanus maximus) est toujours là, ses colonnes de part et d’autres, plus ou moins entières, ses trottoirs, sa section pour l’écoulement de l’eau. On peut même se projeter dans le passé en observant les pierres abimées par le passage des roues.

Un panorama sur l’histoire se déroule sous mes yeux. Je vois au loin le lac de Tibériade, sur lequel j’étais un an et demi plus tôt, côté Israélien. En face de moi le plateau du Golan avec cette zone de no man’s land à la frontière syrienne. A ma droite justement, la Syrie, là, juste là. Le paysage est si calme. Difficile d’imaginer ce qui se passe justement de l’autre côté de ces frontières. La nature est belle, verdoyante pour la période, l’horizon légèrement brumeux. L’Histoire nous entoure. Le passé, le présent.

La suite de la journée nous amène à Ajlun, connue pour son château fort. C’est le même type qui découvrit Petra qui redécouvrit ce château dont la restauration est toujours en cours. Accéder au château semble une promenade de santé quand on prend l’habitude de se promener à Amman. Datant du 12eme siècle, ce château domine à 1250 mètres d’altitude (non, nous n’avons pas gravi cette distance !). Là encore, il est plutôt bien conservé mais suscite moins mon intérêt. Néanmoins, on peut facilement s’imaginer être pris d’assaut, voir les troupes ennemis avancer au loin dans la vallée, guetter l’opposant à travers les meurtrières, l’arroser d’huile bouillante, utiliser les catapultes… D’ailleurs je ne sais plus où j’ai lu qu’ils fabriquaient des « bombes » en remplissant des peaux de bêtes de poudre à canon. Très Monthy Python.

La vue depuis le toit du château offre 360 degrés de paysage sur la vallée du Jourdain. La forteresse aura donc croisé des croisés, des mongols et des mamelouks, avant elle aussi de tomber en désuétude et de pâtir de différents tremblements de terre…

Heureusement l’activité sismique de la région est dorénavant faible ou peu perceptible…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s