Je crois avoir trouvé le meilleur parc aquatique de la région…

On tombe dessus assez facilement dès lors qu’on se penche sur les hikes et treks disponibles en Jordanie. Ce n’est pas du tout un secret bien gardé. Pourtant, c’est tout de même un petit bijou d’activité en plein-air et de crapahutage aquatique : le wadi mujib. Situé à 1h30 de route d’Amman sur la route de la mer morte, c’est une ballade sympathique pour une journée. En même temps, la moindre sortie d’Amman est par défaut sympathique !

Cela faisait quelques temps que je voulais tenter l’aventure malgré quelques commentaires sur les sites touristiques qui auraient pu me refroidir. Il faut dire que ma première expérience de canyioning dans le Jura avait été assez challenging. Les températures étaient glaciales, les sauts un peu hauts, les glissades un peu flippantes… et nos combinaisons atrocement collantes. J’avais donc de légères appréhensions.

Cette fois-ci changement de décor : 30 degrés à l’extérieur, une eau presque chaude, un paysage somptueux. Le wadi mujib dépend de l’association Wild Jordan. Il faut donc débourser quand même 21 dinars pour se vêtir de gilet de sauvetage en plus ou moins bon état et accéder à l’échelle menant vers l’aventure.

Il faut s’imaginer dans un siq, un étroit canyon, dans le lit de la rivière, surplombé par des dizaines de mètres de parois ondulées. La roche à dominante ocre prend des teintes particulières jusqu’à mimer les effets du bois d’acajou. Nous débutons par l’entrée ouverte sur un panorama de la mer morte avec la Palestine en face et nous nous enfonçons dans l’eau et dans le canyon à pas freinés par le courant. C’est bon pour les cuisses et les fessiers ! La joyeuse bande se retrouve éparpillée selon la rapidité de chacun. Nous devons passer quelques étapes un peu plus compliquées que d’autres, je bois une ou deux tasses, je ramasse des poignées de petits cailloux dans mes chaussures. Il y a des cordes pour nous aider et des personnes prêtes à nous agripper par le gilet pour nous sortir de l’eau. Le soleil filtre dans certains passages et nous illumine comme une éclaircie divine. Nous faisons du toboggan sur les roches, nous nous laissons porter par le courant, nous séchons au soleil avant de poursuivre le chemin. Nous jouons dans l’eau. Nous avons 8 ans à nouveau. Le courant nous entraine par moment lorsque nous n’avons pied et me voilà dans un groupe d’hommes à devoir me tenir à eux. On en rigole. Les barrières culturelles se noient dans le Mujib visiblement.

Il est possible de se faire quelques bleus, quelques bosses, quelques égratignures (donc éviter un bain dans la mer morte après…).

Dommage que ce soit si court ! Et surtout, dommage que le lieu se remplisse l’heure tournant. Un conseil donc : venir tôt pour éviter la foule et les grands groupes. Un grand coup de cœur, bien loin des commentaires un peu flippants de certains sites, à refaire ? Oui, sans doute avec le retour du Habibi mi-juin.

Et quand meme une illustration (ne venant pas de moi… car c’est plus prudent de parcourir le wadi les mains dans les roches).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s