Jordaniversaire 5

Cinq mois.

La vie va-t-elle aussi vite à Paris ?

Une routine chamboulée par le Ramadan mais de façon plutôt agréable. Toujours des difficultés au bureau. Toujours des résistances. Toujours en overdose d’humus. Je dévore alors des pêches jaunes et des cerises jordaniennes.

Ce mois-ci, 2 copines ont fini leur contrat pour une autre organisation, une collègue a aussi fini sa mission. L’occasion de se projeter à la veille de mon propre départ et d’en avoir la gorge nouée. Difficile de s’imaginer dans un autre contexte. Difficile de s’imaginer reprendre le métro, d’entendre parler français partout autour. Difficile de retrouver son propre appart (même si je réfléchis à  comment je vais le réarranger pour me le réapproprier). J’imagine déjà la période de décalage du retour. Autant j’avais un mouvement très social à l’idée de rentrer après la Birmanie, autant cette fois j’ai comme l’envie de rester en retrait. Je visualise déjà toutes les situations qui me feraient dire « ah mais en Jordanie ». Je vois déjà le visage blasée des personnes à qui je tenterais de raconter pour la énième fois une anecdote ammanienne. Je m’entends continuer à prononcer des mots en arabes pour ne les oublier. Je me vois superposer les paysages jordaniens et français pour y trouver des repères réconfortants.

C’est le jeu ! Mais je n’y suis pas encore et compte profiter des dernières semaines à Amman.

Mon dos se bloque par endroit, quelques symptômes psychosomatiques sont apparus. Mon esprit semble être en lutte contre quelques fantômes que je n’arrive pas à saisir encore, hormis à Aqaba où j’étais détendue comme un cordon sans élastique. J’ai aussi perdu un peu la cadence de l’écriture et me force par moment à garder ce blog animé pour conclure que si prochaine mission il y a, Gisèle ne reprendra pas la plume.

Je commence à acheter des souvenirs, je n’ai pas encore craqué sur un tapis. J’entame aussi le tri de mes affaires. Mes pots de crèmes se vident. Plus qu’un petit mois et demi. Cela me semble irréaliste. Il y a 5 mois je découvrais un nouvel environnement, je découvrais ce que cela voulait dire d’avoir froid pendant plusieurs jours de suite, je découvrais mes nouveaux collègues, je découvrais de nouvelles méthodes de travail (ou non-méthodes de travail). Et puis, en luttant, en insistant, en m’obstinant, j’ai pu avancer petit à petit sur mon mandat. J’ai pu construire une relation de confiance avec mon équipe et devenir un support RH. J’ai pu lutter contre quelques resistances. Mais j’ai encore 1 mois et demi pour finaliser pas mal de choses et je compte bien ne rien lâcher ! Ramadan ou non ! Persévérance est devenu mon second prénom.

Avec l’approche de la fin de mon mandat, forcement je me demande ce qu’il restera de mon travail ici dans les semaines et mois suivant mon départ. Ca, c’est sans doute l’un des aspects les plus frustrants des contrats courts. On prend le temps de s’adapter aux besoins pour construire dessus et disparaitre peu de temps après. Le parallèle avec l’expatriation en elle-même est facile : on prend le temps de s’adapter à nos besoins pour se reconstruire dessus et rentrer peu de temps après. Et après ?

Ca pique un peu. Comme la sensation d’eau de la mer morte sur les jambes après un trek dans la pampa jordanienne.

Mais demain, Habibi revient pour 2 semaines.

Mais demain, j’ai trente ans.

Au bout de 5 mois, on continue de me prendre pour une américaine, une libanaise ou une allemande. Au bout de 5 mois, on me souhaite toujours la bienvenue. Au bout de 5 mois, je me demande ce qui se passe après, je me demande ce que Paris me réserve, je me demande quel projet saugrenu je peux bien entamer en rentrant.

Mais surtout, envoyez des pensées très chaleureuses pour mon papa !

Jordaniversaire #4

A chaque anniversaire je me surprends à penser qu’un mois vient déjà de passer. Comme une envie de réussir a étirer le temps commence à me saisir. J’ai fait deux rêves qui m’ont interpelée ces dernières semaines.

Le premier était une projection de mon premier jour de retour sur mon poste parisien. Poste que j’avais eu pas mal de difficultés à lâcher même une fois arrivée ici mais poste qui me semble présentement bien loin (même si parfois je réfléchis  à la transposition de mes idées jordaniennes sur mon poste français). Bref, et la sensation du retour n’était pas tout à fait des plus plaisantes. J’étais à coté de la plaque. Sans entrain. J’essayais de comprendre ce qui s’était passé durant mon absence mais la réalité ne s’imprimait pas sur mon esprit. Je n’étais pas connectée. Je n’arrivais pas à connecter.

Lors du deuxième rêve, j’étais sur le terrain, je savais que j’étais dans un pays musulman et qu’on y parlait arabe mais je n’étais pas capable de dire dans quel pays j’habitais et travaillais. Je ne savais plus où j’appartenais. Mais ça ne me semblait pas très grave dans ce rêve. Plusieurs personnes me le demandaient mais je n’avais jamais de réponse à donner. En me réveillant j’ai mis quelques minutes avant de me dire « bah oui ! Je suis en Jordanie voyons ! ».

Ce mois-ci, j’ai du changer de logement (j’ai décidément beaucoup d’articles de retard). Ma vie va par paire, 2 logements à Paris, 2 logements à Yangon, 2 logements à Amman. Changement qui a fait de sacrés remous sur mon moral, j’en avais perdu le sommeil juste avant de devoir déménager. J’en avais aussi perdu mon sourire, mon optimisme était devenu aussi sec que la faune du Wadi Rum, mon humeur aussi irritante que le sel de la Mer Morte. Car il n’y avait pas juste le déménagement, il s’agissait d’une période confuse au travail, à cela s’ajoutait l’arrivée de ma mère et la préparation de son séjour, avec des propriétaires plus que malhonnêtes, une belle perte de temps à visiter des logements, une toute aussi belle perte de temps à les soumettre à l’ONG elle-même tres lente à réagir… Mais j’ai fini par réussir à basculer les événements pour les mettre au rang du fond, j’ai un toit et un balcon, il est propre, ca suffit. Pour les 3 mois restant, préoccupons-nous de choses plus essentielles.

Ce mois-ci j’ai continué mes aventures Jordaniennes et commence à connaitre une grande partie du territoire ! Il me reste encore certaines choses sur ma to-do touristique mais de moins en moins… Le cours de cuisine m’a donnée de nouvelles idées d’ingrédients à intégrer à ma vie parisienne. Mais, en parlant de bouffe, le ramadan approchant, le rythme va encore changer (l’occasion j’espère de rattraper mon retard sur les articles) et surtout de donner une dimension culturelle supplémentaire à cette expatriation…  (Note à moi-même : commencer à faire des réserves d’alcool).

En l’espace d’un mois j’ai aussi appris 3 grossesses parmi mon entourage proche en France. TROIS GROSSESSES. TROIS !!! En plus de celles dont j’avais déjà connaissance où de celles qui ont déjà accouché… A l’aube de mes 30 ans, dans un mois et un jour, je me sens effectivement à cote de la plaque avec des préoccupations toutes autres. Mais bon, félicitations les amis ! (et dire que nous ne sommes qu’en Mai… je sens que les cigognes n’ont pas fini de tourner au dessus de ma tête).

Le partenaire veut me proposer un poste à la fin du contrat avec mon ONG. L’idée est flatteuse, presque séduisante, le salaire minimaliste et mon arabe loin de s’améliorer ! J’en parlais encore il y a quelques jours : la vie à Amman est facile. Entendre par là qu’il y a tout ce dont on a besoin et même parfois des surprises. Oui, le coût de la vie est cher, c’est l’un des plus chers de la région Middle East. Oui, il faut ramer sans cesse au bureau. Mais la vie est facile. La région culturellement si intéressante. Fascinante. Enrichissante. On me raconte souvent ces histoires d’expatriés venus 2 mois restant 2 ans. En même temps, je me souviens très bien avoir eu ce questionnement à mi-parcours en Birmanie : « et si je restais ? ». Mais je pense que derrière se cache aussi l’appréhension du retour. Eh oui, plus proche de la fin que du début !

En attendant, je profite des odeurs de chèvrefeuilles, de roses, de jasmin dans les rues et de pots d’échappement.

Birmaniversaire #9

Note : ce birmaniversaire a été rédigée sur le territoire Birman, peu avant mon départ. A l’heure où vous lirez ce post, je serai dans ma cure d’isolement pour une petite semaine avant de prendre mon nouveau poste au siège et d’envisager la suite.

Accrochez-vous, ce birmaniversaire est exceptionnellement long.

///

Ah oui, je précise aussi qu’il s’agit en plus de mon centième article pour ce blog…!

///

Toujours de la nouveauté, nouveaux lieux, nouveaux liens. Les rencontres ne cessent, même après 8 mois. Et je me revois souvent à mon arrivée en septembre dans le regard de celles et ceux qui sont arrivés dernièrement. Un regard paumé mais un regard curieux.

DSCF0224

J’ai tenté vainement de perdre cette « bedaine de riz » avant de rentrer à Paris… mais elle s’accroche à moi comme je m’accroche à tous ces souvenirs que je veux garder au fond de mon cœur en rentrant.

Au début du neuvième mois c’est mon « chef » qui est parti. Je me souviens de ma première impression de lui, un ours intransigeant et froid. En fait, nous formions un excellent duo, il me laissait être tranquillement autonome mais a toujours été un véritable support dans les moments de doutes et c’était rassurant de pouvoir s’appuyer sur son expérience terrain et apprendre de lui. Et lorsque nous buvions des bières, nous ne parlions jamais de travail. Nous sommes partis avec une reconnaissance mutuelle. Lui-même avait une première impression erronée de moi-même et m’a dit être heureux d’avoir eu tort sur mon compte. Un agréable sentiment d’accomplissement.

En parlant de première impression, je me souviens de la première fois où j’ai descendu à pied Mahar Myaing (ma rue), me rappelant la première fois où j’ai descendu la rue St Louis à Montréal après que mes parents et mon frère soient montés dans un taxi. Ils partaient, je restais, j’étais seule pour la première fois, flippée et excitée. Cette rue de Yangon, sans éclairage, me semblait éternelle ce premier soir et est devenu mon quotidien, même le petit vendeur de bijoux et l’histoire de son fils steward, même les vendeuses du city mart qui me voient tous les mercredis chercher ma bouteille d’eau pour le Yoga, même ce groupe de jeunes hommes qui chantent à la nuit tombée une guitare à la main à côté de l’école Ste Philo, même les labradors chocolat du chantier derrière la maison…

Que de souvenirs improbables : à 7 dans une mini bagnole à chanter « je l’aime à mourir », dans le coffre d’un taxi avec Karen le soir du nouvel an à parler hurler birman au chauffeur, retrouver ma mère à Tokyo, passer du temps avec une de mes chères amies d’enfance après 18 ans au bord d’une piscine, emmener mes parents au Strand, ces rencontres avec nos bénéficiaires de nos programmes, ces fou-rires avec le staff national et expatriés, aux quatre coins du Myanmar, seule ou accompagnée, en dernière minute à Bangkok, tout ce que je n’aurai jamais pensé vivre, faire, ressentir… la liste pourrait être très longue…

On me demande de plus en plus « mais pourquoi ne restes-tu pas ? ». Je me le demande aussi. Si je n’avais pas ces projets à Paris (notamment de chercher un éditeur pour mon livre sur les ruptures) je serais peut-être resté… ou revenue après la saison des pluies.

Évidement une phase mélancolique s’entame, le choc culturel est toujours en deux temps. Je ressens à la fois le bonheur de retrouver mes proches mais aussi le chagrin de quitter mes siens ici. J’ai la sensation du « cœur brisé », cette boule de nœuds et de sanglots retenus au creux du bide qui émerge petit à petit.

Même si à une semaine du départ un réel sentiment très amer s’est emparé de mon humeur. Un mélange entre frustration et agacement ici qui me donnaient comme seule envie de partir comme prévu en vacances dans le Sud-Ouest sans revenir et vivre de l’écriture et du vol à l’étalage isolée au fin fond de la forêt des landes. Mais derrière se cache principalement ce besoin de me dire que j’ai pu apporter ma petite pierre à l’édifice et qu’elle pourra être un socle pour d’autres pierres à venir et non pas s’effriter faute d’information. Période de doutes, de fatigue qui commence à s’accumuler sans que je m’en sois rendue compte plus tôt, d’aigreur voire même de colère. Est-ce là une étape de la transition? Peur de revenir à une période durant laquelle je n’étais pas heureuse, peur que mes résolutions s’envolent une fois rentrée, peur de ne pas être à la hauteur…

Malgré tout, pour aller plus loin dans l’introspection des birmaniversaires, je vais m’allonger sur le divan et vous raconter un rêve que j’ai fait dernièrement : J’étais dans l’océan et il y a une énorme vague de type tsunami qui arrive alors je plonge en dessous. Là où ça devient vraiment intéressant c’est que depuis toujours je fais des cauchemars à base de tsunami et je me réveille toujours paniquée… Et là, pour une fois, j’ai eu brièvement peur dans mon rêve et j’ai juste plongé en dessous. Je n’ai pas cherché à fuir, je n’ai pas été tétanisée par la menace imminente comme avant.

Sans analyser le symbole de la vague, juste de « voir » mon inconscient me susurrer ce message caché de dépassement de soi me donne envie d’aller faire un gros poutou tout doux à Sigmund.
J’arrive donc au terme de cette aventure, de cette mission, de cette renaissance. 9 mois sont passés en un clin d’œil et ont été si riches. J’ai plongé sous la vague. S’il y a bien une chose que je veux retenir, c’est qu’il faut s’écouter, se fier à son instinct, se faire confiance.

Signe d’adaptation : se demander pourquoi le taxi a pris ce chemin.

Signe d’anticipation: reprendre les recherches de maison d’éditions, reprendre le texte, envisager de faire un nouveau blog à Paris…

soleil ifb

Il y a un an je lisais Guy Delisle et je m’imaginais ici. Troublée, impatiente.

On dit que les gens ne changent pas. Dans ce cas, parlons d’évolution. Comme je le dis : « Parce qu’il n’y a qu’une seule première mission », elle laisse des marques. De belles marques. Elle pointe des faiblesses, teste certaines limites, questionne l’avenir. Elle trace au sol les empreintes de la suite, d’un nouveau chemin inédit tourné vers l’autre. Vers les rencontres. Je ne sais pas si je me sens l’âme d’une humanitaire avec un gilet multipoche et un chèche autour du cou mais je réalise la force de l’humanité. Cette expérience affine le regard sur la relation à l’autre, sur la beauté de la rencontre mais aussi sur ses limites. Professionnellement, limite de l’intervention, limite de la patience, limite de la communication ont été de vrais tests durant ces 9 mois. Au niveau personnel, limite de la distance, limite d’une autre forme de communication aussi… Et dans une société qui est à mille lieux de la notre, je réalise que nous sommes tous fait du même bois. La famille, les amis, les proches au sens large sont nos moteurs. D’ailleurs la famille ne se compose pas que des personnes ayant le même sang. La famille se crée aussi à l’autre bout du monde sur la base de parfaits inconnus.

Je savais que ca irait en arrivant, ou plutôt je croyais que ca irait car je ne faisais que des suppositions. Il n’y a aucune certitude lorsque l’on débarque fraîchement en territoire inconnu, sans connaître personne. Mais j’avais foi en cette opportunité. Et parce que j’y ai cru, parce que j’avais ce moteur interne et l’élan sans frontière de ma « famille élargie », j’ai pu grimper ma montagne et dépasser un Sisyphe puni avec sa pierre, en cassant mon propre cycle.

Les croyances mystiques et religieuses sont des repères et non des armes, qu’elles nous aident face à la peur et à l’incertitude (et les Birmans savent de quoi ils parlent…). Nous n’avons pas besoin de tant pour être heureux. Nous souffrons des mêmes maux, nous sommes blessés par les mêmes choses. La générosité est universelle et ne connait ni religion, ni origine, ni statut social. Elle génère une énergie, crée une connexion, et dépasse les mots. L’ouverture d’esprit est fondamentale pour accueillir l’autre, pour recevoir sa bonté, pour vivre l’inédit de la rencontre, presque magique, partager.

Accepter s’apprend.

Chanter est universel.

Danser aussi…

IMG_3499 (Medium)

Je signe donc là mon dernier birmaniversaire. Neuf mois. Ma grossesse. 331 jours d’été. Vous avez été témoins de mon parcours avec des hauts et des bas et une nouvelle garde-robe. Vous avez lus mes doutes et mes découvertes. J’espère avoir pu vous transmettre cet élan qui m’a animé au quotidien pour vous donner aussi envie d’aller voir ce qu’il y a au-delà de votre vague. J’espère que vous avez pu voyager à travers mes mots, découvrir aussi ce pays si inédit, riche, incroyable, déstabilisant. J’espère que cette humanité Birmane si sincère, touchante et surtout si humble vous donne, comme à moi, une lueur d’espoir dans les moments plus sombres. J’aurai réellement aimé que vous puissiez voir tous ces sourires que j’ai reçus. Toutes ces belles choses si spontanées qu’on oublie totalement dans notre confort occidental…

Et il m’est important de vous remercier. Qu’on se connaisse ou non, chaque petite particule d’énergie positive et bienveillante a contribué d’une façon ou d’une autre à me pousser, à m’encourager. Un commentaire par ci, un mot par là, sur la toile ou dans la vraie vie. Le résultat en est une reconnaissance très sincère que je vous adresse et j’espère que la prochaine fois que je vous sourirai vous y verrez un peu de cette naïveté birmane… de cet «effet bisounours ».

Gisèle arrive donc elle aussi au bout de son épopée, ses 10 longyis dans sa valise et son empreinte sur la toile. Et elle repartira plus tard.

Mais c’est toujours aussi dur de partir…

Romantique un jour, romantique toujours !

17 juin.

Née de nouveau. 28 ans et 1 jour.

1er jour du reste de ma vie ? 😉